Les 3 zones d’entrainement, comment garder votre cheval hors de la 3ième zone!

Les 3 zones d'apprentissage, comment garder notre cheval hors de la 3ième zone!

Dessin par Nadine Ramelot

Je suis toujours à la recherche à savoir comment vous transmettre des articles avec un contenu qui vous aidera à mieux communiquer avec votre cheval. À mieux le connaître! À mieux saisir la façon dont il apprend!

Aujourd’hui, je veux partager avec vous un article de Marike De Jong (https://www.straightnesstraining.com) que j’apprécie beaucoup. Elle forme des cavaliers et enseignants à travers le monde. Elle vit aux Pays-Bas (Netherlands). Voici sa page Facebook https://www.facebook.com/StraightnessTraining. Elle a un groupe d’instructeurs en France.

Elle résume très bien comment le cheval apprend. Elle divise les phases d’entrainement en 3 zones:

  1. La zone de confort
  2. La zone d’apprentissage
  3. La zone de stress

Sa façon d’aborder le sujet me rejoint totalement. Donc avec sa permission, je vous décris les 3 zones et leurs effets sur votre cheval.

Les bases de l'entrainement

Dans tout programme d’entrainement, nous voulons enseigner au cheval toutes sortes d’éléments de formation pour développer sa rectitude et son équilibre tels que:

• Assiette, jambes, mains

• Voix, aides artificielles (éperons, cravache) et signaux corporels

• Exercices, tels que les hanches en dehors, l’épaule en dedans, les cessions à la jambe, et plus

Nous parlerons ici de l’éducation des chevaux. Voici des synonymes que nous pouvons ajouter à cette liste:

• Apprivoiser les chevaux

• Conditionnement

• Modification du comportement

• Entraînement

• Communication

• Connexion

• Éducation

Dans tout programme d’entrainement, nous embrassons toutes sortes de synonymes, alors choisissez simplement le mot avec lequel vous êtes le plus à l’aise. Cela dépend de vos propres valeurs, croyances et références de ce que vous préférez.

Les zones d'éducation

Lors de votre entraînement, vous devez connaître les trois zones:

1. La zone de confort

2. La zone d’apprentissage

3. La zone de stress

En général, la zone de confort est l’endroit où le cheval se sent à l’aise. Plus le le cheval est éduqué, plus la zone de confort s’étoffe. Elle contient de plus en plus d’éléments techniques où le cheval est confortable.

La zone d’apprentissage est l’endroit où un élément nouveau s’installe.

La zone de stress est la zone à éviter; cette zone est aussi appelée zone de «panique» ou «danger» et c’est là que les éléments de peur interviennent «fight /combattre», «flight/fuir» et «freeze/figer».

1- Zone de confort

La zone de confort est un état psychologique dans lequel un cheval se sent familier, à l’aise, en contrôle et ne ressent pratiquement aucun niveau de peur et de stress.

C’est la zone où le cheval va manger, dormir, se reposer et digérer.

Cette zone de «confort» est également l’emplacement des compétences et des aptitudes que le cheval acquièrent et dans cette zone, un niveau constant de performance est possible.

C’est un endroit sûr et familier et comme il est confortable, il peut devenir ennuyeux et peu évolutif pour le cavalier et le cheval si nous restons toujours dans cette zone.

Cependant, la zone de confort est très importante lorsque vous souhaitez donner à un cheval une pause entre deux séries d’exercices ou encore vous désirez confirmer et faire un maintien des acquis.

Un cheval apprendra plus rapidement lorsqu’il peut revenir à un état de détente après avoir été dans la zone d’apprentissage.

La zone de confort est donc un espace important pour le cheval pour se détendre et digérer ce qu’il vient d’apprendre.

2. La zone d’apprentissage

L’enseignement de nouveaux exercices,  la pratique et l’optimisation d’exercices difficiles ont lieu dans la zone d’apprentissage.

En entrainement, nous parlons de deux phases d’apprentissage, la phase «Enseignement ou Intégration» et  la phase «Optimisation» 

Dans la phase d’enseignement ou intégration,  la zone d’apprentissage est la zone où la croissance et le développement ont lieu.

Dans cette zone, les compétences et capacités du cheval sont mises à contribution. Juste assez de stress pour intégrer une nouvelle technique ou exercice mais pas trop pour le mettre dans un état de stress trop fort.

Dans la phase d’optimisation, la zone d’apprentissage est la «zone de performance optimale» dans laquelle l’équilibre, la souplesse, la forme, la cadence et le rythme du cheval dans les exercices peuvent être «mis en place» sans que le cheval soit perturbé.

Donc on augmente la qualité de l’exercice  dans la phase d’optimisation après l’avoir mis en place dans la phase d’enseignement ou intégration.

  • Dans la phase d’enseignement/intégration, vous donnez au cheval une relâchement, une récompense et un moment de relaxation (RRR) après chaque pas dans la bonne direction. Donc, une fois que votre cheval vous a donné le moindre «essai», vous donnez RRR et retournez dans la zone de confort.
  • Dans la phase d’optimisation, vous donnez au cheval une relâchement, une récompense et un moment de relaxation (RRR) après chaque étape où le cheval vous donne une meilleure qualité d’exécution Donc, une fois que celui-ci vous a donné le moindre «plus», vous lui donnez un RRR et retournez dans la zone de confort.

3. La zone de stress

Dans la zone de stress, le cheval sera dans un état de combat (fight), de fuite (flight) ou de figement (freeze)  (FFF), où l’adrénaline augmente, ce qui rend le cheval plus réactif et en alerte et ce pendant au moins 20 minutes.

Dans un état de FFF, votre cheval ne peut pas coopérer avec vous. Il est dans l’émotion. 

Si vous arrivez à ce stade de stress, c’est que vous n’avez pas su lire les signes que votre cheval vous a donné. Cela s’appelle EXPÉRIENCE!

Les causes peuvent être :

  • les circonstances environnementales 
  • l’utilisation d’une pression trop excessive, trop longue ou trop soudaine
  • un comportement trop intense de votre part
  • l’exercice dure trop longtemps et fatigue le cheval physiquement
  • l’exercice est trop difficile, pas suffisamment mis en petites étapes

Personne, volontairement, ne veut mettre son cheval dans un état de  stress et de panique.  Lorsqu’un cheval se sent inconfortable et devient tendu, frustré, fatigué ou anxieux, il ne peut plus penser et de ce fait il ne peut pas apprendre quoi que ce soit.

Il est donc important de prendre en ligne de compte le physique, le mental, l’émotionnel et l’esprit du cheval pendant l’entraînement afin que nous puissions changer notre approche si nécessaire et rediriger le cheval vers la zone de confort.

Les fondamentaux

Lorsque le cheval n’est pas dans un état de “FFF”, il existe trois autres principes fondamentaux de l’éducation qui font une différence dans vos résultats dans toutes les phases;

1. Relation

2. Communication

3. Motivation

1. Relation

Une bonne relation entre vous et votre cheval peut faire une énorme différence lors de l’entraînement de votre cheval. Cela vous permettra d’avoir le petit «2 mm» supplémentaire de motivation qui est nécessaire pour accomplir un exercice difficile ou challenging. Un lien fort peut faire la différence entre une «bonne» coopération ou une «excellente» coopération.

Lorsque vous avez une bonne relation, votre cheval compensera d’éventuelles lacunes de votre part. Peu importe la raison, il le fera de toute façon. Quand vous avez une bonne relation, il vous donnera son meilleur Aikido quoi qu’il arrive.

Assurez-vous donc de toujours mettre la relation

entre vous et votre cheval en premier!

Une stratégie simple pour améliorer la relation consiste à «passer du temps ensemble»; ne soyez pas seulement dans le FAIRE, mais plutôt dans l’ÊTRE, simplement en étant ensemble.

Ne demandez pas seulement des choses à faire à votre cheval,

mais faites en sorte D’ÊTRE avec votre cheval.

Votre cheval l’appréciera et cela renforcera le lien

2. La communication

Il est important de communiquer de manière à ce que votre cheval puisse comprendre facilement. Par conséquent, vous devez donner des signaux clairs, cohérents et congruents (CCC) au cheval.

La clarté 

Il est important que vous expliquiez à votre cheval ce que vous voulez dire, que vous soyez clair afin que le cheval puisse répondre à votre demande. Maintenant, pour être clair, vous devez comprendre «le cheval» en général (ses caractéristiques, ses besoins, son utilisation des sens, la façon dont les chevaux apprennent) et «votre cheval» en particulier (sa personnalité, ses désirs, ce qui déclenche son combat / sa fuite), son histoire, ses expériences passées) afin que vous puissiez créer un plan sur mesure pour «votre cheval» pour mettre en place le programme d’entrainement qui vous amènera vers le succès.

La cohérence 

Lorsque vous communiquez avec votre cheval, assurez-vous que «noir» est toujours «noir» et «blanc» est toujours «blanc». Nous, les humains, sommes souvent très incohérents par manque de connaissances.  Donc, avec les chevaux, assurez-vous que A est toujours A et non B dans certaines occasions.

Par exemple, ne lui demandez pas de galoper avec votre jambe intérieure aujourd’hui et demain votre aide principale est la jambe extérieure. Faites un choix, ne le mélangez pas.

De même avec votre comportement, soyez très cohérent. Par exemple, un jour, nous exigeons que le cheval attende patiemment sa carotte ou sa pomme et le lendemain nous lui permettons de fouiller dans nos poches, car nous sommes trop fatigués pour faire quoi que ce soit.

Le lendemain, nous le réprimandons pour avoir fouillé, car nous avons passé une bonne nuit de sommeil et nous sommes à nouveau en pleine forme. Cela confondra le cheval, soyez donc cohérent dans votre comportement.

La congruence 

Avec notre langage corporel (position, mouvement, posture), nous pouvons influencer notre cheval, par exemple;

• Avec votre position devant, à côté ou derrière le cheval, vous pouvez le faire avancer ou le ralentir.

• Si vous vous déplacez plus ou moins, votre cheval se déplacera également plus ou moins.

• Si vous vous rapprochez du cheval, vous prendrez de la place, si vous vous éloignez, vous donnez de la place à votre cheval.

• Avec notre posture, «airbag» ou «bulle de savon», vous pouvez exprimer une énergie plus puissante ou plus douce et vous pouvez le personnaliser selon la situation.

Lorsque vous utilisez des positions, des mouvements et des postures contradictoires, votre cheval peut se déconnecter, car cela peut créer de la confusion ou le cheval peut commencer à se sentir perturbé.

Par exemple, si vous voulez attraper votre cheval ou que vous voulez que votre cheval vienne à vous, mais que vous sortez votre «airbag» et que vous vous déplacez en ligne droite vers lui, il se peut que votre cheval parte et soit difficile à attraper

Il est important que vous communiquiez avec” CCC” , que vous projetiez une énergie claire et que vous soyez cohérent et congruent, car cela augmente les chances que votre cheval reste connecté à vous, comme deux bulles de savon connectées.

3. LA MOTIVATION

C’est une chose que votre cheval comprenne votre demande, mais ce qui est plus important:

• Votre cheval veut-il répondre à votre demande?

• Est-il motivé à faire ce que vous voulez qu’il fasse?

• Êtes-vous capable de le convaincre de faire ce que vous voulez?

Parce que vous avez un problème si votre cheval comprend ce que vous voulez, mais qu’il n’est pas motivé pour performer.

Par conséquent, il est important de garder votre cheval du côté de l’interaction. Parce que lorsque vous voulez enseigner à votre cheval un exercice ou si vous voulez optimiser ses performances dans un certain exercice, il doit être dans un état d’esprit d’apprentissage et suivre vos suggestions.

Donc, dans la phase d’enseignement/intégration et d’optimisation, ce n’est pas utile et fructueux lorsque votre cheval est  dans un état offensif ou défensif, car dans ces états, le cheval n’est pas motivé à travailler avec vous et il ne pense pas à ce que vous lui demander de faire. Il n’est pas dans un état d’esprit «pensant», car son cerveau «reptilien» – le cerveau pour la survie – prend le dessus.

Maintenant, bien sûr, vous devez être sûr que votre cheval est en bonne santé et qu’il ne souffre pas, car cela peut créer un problème de motivation.

Ensuite, si c’est un vrai problème de motivation, vous devez trouver des moyens de convaincre votre cheval de faire ce que vous voulez faire. Et le concept de motivation 5R pourrait vous aider avec cela:

Dans ce concept, vous utilisez une combinaison de relâchement-récompense-relaxation-répétition lorsque votre cheval est «sur la bonne voie» et affiche le comportement souhaité, et vous redirigez lorsque votre cheval affiche un comportement indésirable:

La relâchement est particulièrement important, car votre cheval décidera rapidement que l’exercice est trop difficile si vous utilisez trop, trop longtemps, une pression soudaine ou répétitive et ne relâchez pas souvent / bientôt / rapidement / longtemps.

Le Relâchement est donc plus motivant que les aides (pression) que vous utilisez.

• Ensuite, l’ajout d’une récompense à votre relâchement donnera un coup de pouce à votre cheval pour répondre à votre demande. Assurez-vous donc non seulement de relâcher, mais aussi de récompenser.

Détendez-vous (relaxation) pour donner à votre cheval un moment pour revenir dans la zone de confort et pour digérer ce qu’il vient d’apprendre.

RRR sur les petites étapes de la phase d’enseignement/intégration

et encouragez le mieux avec RRR dans la phase d’optimisation.

Lorsque votre cheval n’est pas avec vous, réfléchissez d’abord à vous-même et changez votre technique de pression / relâchement si nécessaire, puis redirigez-le avec un «non, essayez à nouveau» ou «attendez, pensez-y» et faites-lui savoir que s’il change son comportement, que le RRR est disponible pour lui.

• Ensuite, après le RRR, répétez, car la répétition est la mère de tout apprentissage et réussite.

Bien sûr, n’exagérez pas et assurez-vous de terminer sur de bonnes performances.

Profitez du processus et bonne chance!

J’espère que cet article vous aide à mieux comprendre la philosophie derrière l’enseignement, l’apprentissage et tout ce qui en découle.

Dites-moi par un OUI ou un NON dans les commentaires si vous connaissiez cette approche des RRR. 

J’enseigne cette façon de procéder depuis plus de 40 ans. C’est tellement important pour moi  le bien-être du cheval. 

Je privilégie une relation harmonieuse en tout temps. 

Passionnément cheval!

Lyne xxx

Passionnément cheval!

Article écrit en collaboration avec Marike De Fong  (https://www.straightnesstraining.com)

Je peux vous aider à accomplir vos objectifs avec votre cheval, à créer un partenariat, à développer une complicité grâce à mon programme d’entraînement. Depuis plus de 40 ans, j’aide les cavaliers à trouver des réponses à leurs questions, à réfléchir sur les facteurs qui nuisent à leur progression, à établir un programme d’entrainement simple et sécuritaire!
“Le succès réside dans un apprentissage constant qui permet de mettre en place les outils de communication nécessaires à la réussite”.
Please follow and like us:
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Replies to “Les 3 zones d’entrainement, comment garder votre cheval hors de la 3ième zone!”

  1. Pascale BERTHOUX

    bonjour Lyne
    Oui je connais le RRR car j’ai fait des stages avec vous et j’essaie de le pratiquer au temps que je le peux
    merci pour tous ces conseils très utiles et encore plus pendant cette période difficile
    Pascale Cavalière

    Répondre
  2. Jeanne

    Merci Lyne pour tous ces précieux conseils. C’est une vraie mine d’or. Je suis une adepte de ton approche. Je suis ton blog et je regarde tes vidéos avec le plus grand intérêt. C’est tellement généreux et instructif. Ça m’aide beaucoup. ❤️

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *