STRATÉGIES pour développer le PARTENARIAT et la COMPLICITÉ avec votre CHEVAL

7- Votre cheval vous arrache-t-il la longe pour aller brouter? Voici des solutions...

Être connecté, c’est la clé!

Mot de Lyne

Combien de fois ai-je entendu ce commentaire “mon cheval ne m’écoute pas” ou “mon cheval a une tête de mule”, etc…

Je connais des cavalières qui se sont faites traîner par leur cheval qui voulait aller manger de l’herbe et qui sont tombées au sol et/ou qui ont eu une fracture du bras en tombant.

Ce n’est pas anodin cette situation et surtout dangereuse.  En fait, le problème vient du fait que l’humain n’a pas installé les bases essentielles de l’éducation du cheval et de par cela, aucun outil pour régler le problème.

L’éducation du cheval débute à pied par un programme qui touche les 3 piliers de l’entraînement d’un cheval soit le physique (exercices), le mental (contrôle) et l’émotion (confiance). 

Comment pensez-vous gérer un animal de plus de 400 kl si vous n’installez pas les fondations nécessaires pour adresser les problèmes qui peuvent survenir.

Ce problème peut être régler facilement si le cheval a des bases de contrôle sinon le problème devient majeur.

Que ce soit à pied ou à cheval, les bases sont essentielles.

Denyse et moi avons discuté de cette situation plusieurs fois et cet article est pour moi d’une importance capitale. De vous partager, nous vous donnons les outils nécessaires sur comment vous pouvez le régler si vous y mettez le temps et l’énergie.

Tel que mentionné plus haut si vous n’avez pas établi un certain leadership avec un programme à pied qui vous permet de travailler les 3 piliers de l’éducation d’un cheval, le cheval aura un peu de difficulté de même que vous-même à réagir positivement à une pression lorsque vous allez lui dire “NON”. 

Aidez-vous à établir la relation de contrôle et de confiance que vous désirez établir en ayant un programme qui pourra installer les bases essentielles.

Je vous souhaite une bonne lecture et que cet article vous aide à prendre conscience du travail qu’il vous faudra faire pour avoir un cheval bien dans sa peau et heureux d’être à vos côtés.

PS: Je vous offre gratuitement un EBOOK sur les 5 stratégies pour créer une relation harmonieuse avec votre cheval.

Cliquez ici pour le recevoir immédiatement dans votre boite e-mail 🤠🐎❤️

COMMENT ÉDUQUER MON CHEVAL POUR QU’IL BROUTE QUAND IL A LA PERMISSION.

Ah! Ce cher gazon, l’ennemi de certains humains avec leur cheval pendant les saisons où nos chevaux peuvent brouter. Il ne faut pas oublier que dans la nature les chevaux broutent plusieurs heures par jour marchant d’un endroit à l’autre en suivant leur leader sinon de proche, du moins ils l’ont à l’œil.

Quelques éléments à considérer

  • Nous sommes des prédateurs de nature et les chevaux sont des proies. Nous devons donc apprendre à modifier nos façons habituelles de faire avec nos chevaux et devenir de meilleurs leaders pour eux.
  • Les chevaux respectent et se sentent en sécurité en présence d’un bon leader. Des comportements prédateurs génèrent de la peur ou chez certains chevaux du non-respect voire même parfois de l’arrogance chez les chevaux plus confiants.
  • Un bon leader amène son cheval au gazon et lui donne la permission de brouter; il ne se fait pas tirer par son cheval telle une marionnette au bout de la laisse. Une communication se développe entre l’humain et son cheval et tout se fait dans le calme et l’harmonie.
  • Les horsemen nous rappellent que les comportements des chevaux ont 3 origines :
  1. Comportements innés
  2. Comportements appris lors de leur éducation
  3. Comportements qu’on leur laisse faire, qu’on tolère tel nous tirer pour aller brouter
  • Une des choses les plus importants à enseigner à son cheval comme prérequis est de MAINTENIR LE SOURIRE dans la longe tout le temps. Un cheval qui tire pour aller brouter obtient un double renforcement soit: un renforcement positif car il finit par brouter et un renforcement négatif car il se libère de la pression de la longe puisque son humain n’a pas pu contenir son cheval. On lui enseigne donc une mauvaise façon de faire. De plus, il a été doublement récompensé. On lui a laissé entendre que c’est OK de ne pas respecter la tension sur le licol. Et plus tard, on lui demandera en selle ou en attelage de céder à cette tension.
  • Lorsqu’ils broutent, les chevaux sont toujours aux aguets de ce qui se passe dans leur environnement. Quand ils sont avec leur humain, ce dernier peut agir comme sentinelle ce qui permet au cheval d’être plus en confiance. 
  • Quand l’humain s’approche avec l’intention de lui demander de cesser de brouter, tout comme si c’était le cheval leader, celui-ci lèvera la tête et attendra les directives. Donc à nous humains d’agir en bons leaders et le tout se fera calmement. Les articles 4 et 6 de cette série sur le PARTENARIAT expliquent  bien le concept de RÉCLAMER SON TERRITOIRE.
  • Ainsi si nous imitons le cheval chef de troupeau par notre comportement, notre cheval a) ne broutera pas sans notre permission.                         b) cessera de brouter dès que nous nous approchons ; à ce moment le cheval nous posera la question “je fait quoi?”,  “je vais où?”, “est-ce que je peux brouter encore un peu? “.

Il ne faut pas oublier que lorsque notre cheval broute, notre intention pourrait être de le caresser. Dans ce cas, notre langage corporel serait en conséquence et notre cheval l’interpréterait très bien. C’était un des exercices proposés dans l’article 6, article précédent dans cette série sur le PARTENARIAT. On n’oublie pas de pratiquer lorsque le cheval mange son foin de l’approcher, à l’occasion, en réclamant notre territoire et d’autres occasions pour le flatter. Personnellement, je préfère pratiquer plus avec le foin qu’avec le grain qui est leur ” bonbon ” si je peux dire. Le cheval qui mange son grain doit toutefois aussi céder le territoire si je m’approche avec cette intention.

Sur la vidéo ci-dessous , j’approche Jack pour le caresser alors qu’il broute. Mon intention est qu’il continue de brouter donc ma position de corps est très importante. 

J’approche Jack afin qu’il lève la tête alors qu’il broute. Mon intention est clair et mon énergie lui fait savoir. L’utilisation du code verbal est primordiale afin de clarifier votre intention. Ici Denyse utilise quelques bisous.

Ces deux vidéos sont avec Jack le nouveau cheval de ma propriétaire d’écurie. Il vit au paddock avec ses deux arabes et Indy. C’est un cheval qui a participé à des compétitions de très haut niveau en barils. Il a été mis à la retraite car la compétition le mettait très anxieux après plusieurs années.

Il a 11 ans et a toujours vécu seul au paddock; maintenant il y est 16 heures par jour avec ses nouveaux amis. 

Il doit avoir une petite longe sinon il court après l’autre jument; on y travaille et ça s’améliore.

Quand je travaille avec Jack, il collabore très bien; cette nouvelle façon de vivre et faire est un monde TRÈS nouveau pour lui et si j’ose dire aux ANTIPODES de ce qu’il a connu. Je lui ai montré ma technique pour le gazon et il l’a très bien assimilée; il est très poli quand on se promène sur la propriété.

Ici je démontre l’importance du langage corporel pour communiquer avec son cheval soit pour le caresser et qu’il continue de brouter ou qu’il cesse de brouter. Puisque Jack est à ses débuts avec ces concepts, mon langage n’est pas aussi subtil qu’avec mes autres chevaux. Remarquez que lorsque je me déplace pour le caresser, je me tourne dans la même position que lui afin de ne pas l’influencer avec ma ‘’ drive line’’ et mettre la pression de mon “chi’” sur lui .

Je me fais souvent demander comment je suis parvenue à ne pas me faire arracher les bras lorsque je suis dehors avec mes chevaux et qu’il y a de l’herbe. Et en selle, comment est-ce que je parviens à ne pas me faire arracher les rênes des mains même avec deux et parfois trois chevaux de bât?

Un cavalier avec un superbe cheval de saut Grand Prix m’appelait la magicienne quand il me voyait revenir assise sur Poney avec les deux juments en chevaux de bât.

Au retour, on arrête avec un ‘’whoa’’ très subtil, je descends enlève à bride de Poney et va chercher un licol à quelques mètres de là; à mon retour les 3 chevaux lèvent la tête, je mets le licol à Poney et puis les amène au paddock après avoir nettoyé leurs sabots alors qu’ils sont en liberté, la longe sur le dos.

Et lui, le pauvre homme tire sur son cheval pour lui faire lever la tête, mors dans la bouche sans succès. Quand il me demande comment je fais, je m’approche de son cheval, le nomme et fait un ‘’ psst, psst, psst’’ aussi fort que nécessaire pour attirer son attention sur moi et il lève la tête dès que je projette une énergie forte quoique invisible, car je ne gesticule pas; de là mon surnom de MAGICIENNE.

Ma réponse, est assez simple et surtout fort efficace; j’ai appris ça de plusieurs excellents entraîneurs.

Comme on dirait, c’est une question d’éducation en ce sens que lorsqu’on demande à un cheval d’adopter un comportement et qu’il a la sainte paix quand il s’y conforme, il apprécie et n’est pas porté à nous obstiner.

Poney le fjord de ma proprio dont j’ai eu l’unique privilège de m’occuper pendant une vingtaine d’années était un gourmand incroyable qui arrachait les bras de toutes les personnes qui le manipulaient.

Et regardez-le sur la vidéo, que le langage corporel, sans code verbal, suffisait pour que Poney cesse de brouter. 

Comment y arriver? Ce n’est pas très compliqué sauf qu’il faut avoir une certaine discipline et une bonne technique.

Quoi faire quand le cheval vous tire pour brouter

Votre bataille est perdue, le cheval a gagné et il broute. Il est clair qu’un cheval gagnera toujours la bataille si la force est en jeu; JAMAIS L’HUMAIN NE GAGNERA. Il faut donc l’éduquer; un cheval éduqué est plus heureux car il connait les règles et obtient le relâchement de la pression donc la SAINTE PAIX quand il obéit. La technique ci-dessous vous aidera à réussir.

Évidemment un NON, même très fort est probablement peu, voire même inefficace: votre cheval n’est pas impressionné et n’a pas peur. Tout ce qu’on peut faire c’est de se caler sur nos jambes écartées, largeur de vos épaules, coudes très près du corps, notre tronc solide et résister avec nos mains fermées. Bien beau tout ça mais notre cheval n’apprend pas comment bien faire. Son humain a les épaules arrachées et ce cher cheval n’a pas cédé à la pression sur la longe.😣 Oublions “la légèreté sur la longe’’ 

Maintenant, il devient donc évident que nous devons passer du temps à éduquer notre cheval. Comme nous le disent les entraîneurs, éduquer son cheval ça ne se fait pas uniquement dans le manège, carrière ou en selle.

Une expression que plusieurs de mes entraîneurs m’ont inculquée 

REWARD SOFTNESS!  RÉCOMPENSEZ LA LÉGÈRETÉ!

Le principe de base, principe du rectangle

NE VA PAS TE COGNER LE NEZ DANS L’ÉVENTAIL

LA BALLE EST DANS TON JEU COMME ON DIT

SI TU T’Y COGNES :

 – ÇA SERA DE TA FAUTE, PAS DE LA MIENNE

 – ÇA SERA LA CONSÉQUENCE DE TA MAUVAISE DÉCISION

SI TU CHOISIS DE NE PAS TE COGNER, TU AURAS LA SAINTE PAIX!

Il y a aussi le désengagement des postérieurs pour faire lever la tête du cheval en autant que l’espace le permet.

Certes que cette technique de désengagement est efficace mais elle implique moins le processus décisionnel du cheval. Lorsque le cheval décide de lui-même qu’il est mieux de ne pas brouter car il ne veut pas se cogner LE NEZ dans l’éventail eh! bien, il est récompensé par sa propre décision d’avoir adopté le bon comportement, la bonne réponse à la demande. Et il obtient la SAINTE PAIX!

Voir l’article sur le rectangle, deuxième de cette série sur le PARTENARIAT pour réviser les principes de cette technique laquelle s’applique aussi pour cesser de brouter.

Être capable de maintenir le sourire dans la longe en tout temps est un travail de fond essentiel! Le pouvez-vous?

Ah, ces principes pourtant si faciles mais rarement enseignés. J’entends et je vois beaucoup plus des comportements tels :

  • Veux tu bien cesser!!!!
  • Arrêtes moi ça!!!
  • Les gens tirent sur la longe jusqu’à ce que le cheval cède ou gagne en continuant à brouter et tirant sur son humain tel une marionnette. Ça peut prendre du temps et dans certains cas beaucoup d’effort si on n’utilise pas une bonne technique : ces personnes ne connaissent habituellement pas le principe de désengagement des postérieurs qui ramène le cheval vers son humain avec un sourire dans la longe.
  • Les humains gesticulent des bras parfois pour faire l’épouvantail mais le cheval ne réagit pas: on se croirait au cirque. Fort probablement que dans ces cas le cheval doit rire et se moquer un peu de son humain.
  • Certains, parce qu’ils ne réussissent pas à ce que le cheval ne broute pas lorsqu’il est avec un licol, sortent leur cheval avec une bride et un mors même s’ils n’ont pas l’intention de le monter. Et souvent, sans avoir plus de succès!
  • Évidemment, le coup de pied sous le menton afin de faire relever la tête du cheval. Je n’ai pas d’objection à utiliser quelques rares fois au début, pour éduquer un cheval assez récalcitrant mais j’ai bien dit quelques rares fois, pas à chaque fois pendant toute la saison et même d’année en année.
  • Ce qu’il y a de très important si on utilise une phase plus intense tel le coup de pied sous le menton c’est de cesser RAPIDEMENT la pression : détourner notre corps, se mettre au neutre, regard doux dès que le cheval répond. Les gens ne connaissent souvent pas ce fort important concept de relâchement de la pression. Tout comme le concept de ‘’ trempage’’ de Chris Cox soit de laisser au cheval le temps d’assimiler le concept ce qui évite qu’il recommence dès la prochaine occasion

Donc bien des façons de faire qui s’avèrent inefficaces puisqu’elles ne donnent pas les résultats escomptés. Comme disent les horsemen ‘si vous ne changez pas de stratégie, vous obtiendrez toujours les mêmes résultats’’

Il faut que ça soit la décision du cheval de cesser de brouter car quand il procède ainsi il a la SAINTE PAIX et son humain n’est pas au bout de son énergie, ni de sa patience.

La démarche consiste en 3 étapes :

1-Comment procéder afin que le cheval cesse de brouter

  • Travailler avec une extension de son bras soit un ‘’stick’’ ou une cravache de dressage.
  • Cheval en licol en corde (éthologique) pour l’éduquer; plus tard quand on reviendra de monter et que nous serons en extérieur avec notre cheval, s’il a acquis le concept même s’il a sa bride et son mors il n’y aura JAMAIS DE TRACTION EXERCÉE sur le mors et les rênes.
  • Amener le cheval en extérieur prendre une marche dans l’herbe et même s’y arrêter. Important de ne pas regarder l’herbe car ça incitera le cheval à baisser la tête et brouter. Notre regard doit être au loin.
  • Rapidement (timing est très important car les chevaux sont rapides) quand celui-ci commence et même quand dans son regard on voit qu’il va baisser la tête pour brouter, agiter la cravache ou stick entre le nez du cheval et l’herbe, aussi fort et rapide que nécessaire. Le cheval n’a pas le désir de se cogner sur la cravache et ne broutera habituellement pas.
  • S’il broute encore c’est que nous n’avons pas agité assez fortement et assez vite la cravache alors il faut y mettre plus d’effort de notre part et surtout que notre ‘’ timing’’ soit meilleur. Dès que l’on voit dans son œil qu’il a l’intention de brouter on agite la cravache immédiatement.
  • Si pas de succès à lui faire relever la tête, on passe au désengagement des postérieurs dans la mesure où vous avez suffisamment d’espace; ça ramènera la tête face à vous.
  • Important pour nous de relâcher la pression dès que le cheval lève la tête, de se détourner, regard doux afin de lui indiquer que c’était la réponse désirée. Eh! oui, se détourner quelque peu et lui faire confiance : c’est ce relâchement de pression qui le motivera à ne pas recommencer. Certes chez un cheval très insistant on se détourne peu mais il est important que notre ” chi ” via votre nombril soit léger et détourné quelque peu.
  • Il faut toujours être rapide et attentif car le cheval essaiera à nouveau mais rapidement il s’apercevra qu’il est récompensé (la paix) quand il ne broute pas.
  • Il est aussi très IMPORTANT de récompenser le cheval : le caresser, le gratouiller aux endroits qu’il apprécie.
  • On doit aussi associer notre demande de ” refus de brouter ” avec un court mot, un son, un code verbal ou un toucher, car lorsque nous serons en selle nous ne pourrons pas faire l’éventail avec la cravache entre le nez et l’herbe. J’utilise un simple ” non “. Car même un cheval bien éduqué peut parfois s’essayer; souvent parce que lorsque nous sommes en selle nous discutons avec les copines et on se déconnecte de notre cheval alors il a le champ libre. Un ” non” suffira, même juste un regard quand on est au sol. Parfois je fais que pointer l’index vers eux ce qui les incite à porter leur attention sur moi et non sur l’herbe. Plusieurs entraîneurs utilisent le toucher du garrot car le garrot est accessible lorsque nous sommes en selle.
  • En l’éduquant, je me promène avec le cheval afin de ne pas demeurer au même endroit afin qu’il associe que lorsqu’on se promène eh bien tu ne m’arraches pas la longe des mains pour brouter.
  • Un détail fort important, quand on se promène avec le cheval en longe ou en liberté NE PAS REGARDER L’HERBE MAIS DROIT DEVANT VOUS. Il est certain que si je regarde l’herbe cela invite le cheval à regarder lui aussi l’herbe et brouter.
  • Pour les personnes qui maîtrisent bien leur énergie corporelle, nous avons appris à réclamer notre territoire ie déplacer notre cheval tout comme le leader dans le troupeau déplace les chevaux quand il veut aller quelque part. Dans ce cas, le simple fait d’approcher le cheval suffit pour qu’il lève la tête.

Dans cette vidéo, Rebecca apprend à son cheval à lever la tête et cesser de brouter en utilisant son stick sous le nez et un code verbal qui est “up, up” Le cheval lève la tête et tout de suite elle le récompense par des caresses.

2- Puis comment lui dire qu’il peut maintenant brouter

Maintenant que le cheval a bien compris notre demande de ne pas brouter sans notre permission et que c’est un acquis assez solide, qu’il ne vous arrache pas la longe de la main, il faudra établir un signe pour lui dire qu’il peut maintenant brouter. Souvent les chevaux hésitent quand je leur fais un signe de la main, surtout si on me demande de faire toute la technique en une journée. Je dois rassurer le cheval que c’est OK de brouter. J’utilise le ” toucher de la main”  ou une légère traction sur la laisse ou une pression sur la nuque pour faire baisser la tête, associé à un son ou un mot; je dis ‘OK car une fois en selle je ne pourrai pas faire le toucher de la main que la pression sur la nuque ou l’indice verbal. Seul le son, le mot ou la pression sur la nuque seront votre outil de communication pour lui dire qu’il peut brouter. Certes qu’un cheval bien éduqué et bon partenaire lira votre intention ce qui est plus qu’acceptable voire, très subtil.

3- Comment lui demander de cesser de brouter alors qu’il a eu la permission 

Il faut penser à un signe pour lui faire relever la tête autre que d’agiter la cravache sous le menton car cela n’est pas possible lorsque nous sommes en selle. Une fois la première étape solidement acquise, un code verbal, un son verbal ou un toucher souvent près du garrot car une fois en selle, le garrot est bien accessible. Personnellement, j’utilise un son ‘’pssst’’, au début très fort et avec un cheval éduqué le son est très doux, même absent car le langage corporel suffit. C’est lui demander de changer son focus de l’herbe vers son leader. Il faut faire attention de ne pas utiliser le même son que lorsqu’on longe et qu’on demande un trot par exemple. Souvent les gens font ‘’ clic, clic’’ pour le trot et parfois autre chose. 

Chaque son ou mot doit avoir qu’une seule signification pour votre cheval. 

Sur la vidéo, je montre à une copine l’effet du code (psst) avec Indy mais elle n’a besoin que de mon langage corporel tel la vidéo déjà montrée avec Poney le fjord.

Il est TRÈS important de remercier notre cheval quand il lève la tête; souvent il nous regarde et attend cette reconnaissance; c’est sa récompense.

Ainsi lorsque vous serez en selle et que vous ne pourrez pas agiter la cravache entre l’herbe et son museau; le code verbal ou le toucher seront utilisés si par hasard le cheval a osé brouter (souvent dû au fait que nous avons coupé la connexion en discutant avec quelqu’un ou en pensant à autre chose) ou si vous lui avez donné la permission de brouter.

Dans cette vidéo, je vous démontre mon code verbal avec Indy pour qu’elle cesse de brouter lorsque je suis à cheval.

Sur cette photo je vous démontre ma façon paresseuse d’amener le troupeau brouter. Assise sur le fjord, les 3 autres en cheval de bât. Dès que je fais ‘’ psst’ (mon mot pour demander de relever la tête) les 4 têtes se relèvent et on poursuit notre route. Puis quand on s’arrête, je leur dis OK et ils broutent.

Important qu’ils attendent le signal car parfois je dois me démêler un peu dans mes longes quand je change les chevaux de position.

Aucun d’eux ne m’arrache les rênes ou leur longe des mains : des chevaux éduqués ce qui leur permettent d’être TRÈS LÉGERS! UN VRAI PLAISIR!

Denyse Rousselet, cavalière du Québec depuis 35 ans, a eu l’immense privilège depuis une douzaine d’années de voyager à la rencontre de nombreux horsemen/horsewomen fort reconnus pour leurs compétences en horsemanship tout en étant aussi réputés pour leurs performances exceptionnelles avec leurs chevaux. Plusieurs stages en France, Italie, Costa Rica, USA, Ontario et Colombie Britannique totalisant environ un an, lui ont inculqué des notions, concepts et stratégies pas fréquemment enseignés dans nos milieux équestres. Ce cheminement a amené Denyse à être reconnue par ses conférences et cliniques sur le développement d’un bon cheval de randonnée ainsi que des diverses stratégies afin de développer un cheval confiant, sécuritaire et bon partenaire.
Please follow and like us: